Gestion des risques

La gestion des risques implique la prise de décisions éclairées sur le degré de risque tolérable, sur la manière de réduire les risques et de gérer les risques résiduels. Une gestion efficace permet de limiter les risques associés à des produits, services ou opérations spécifiques. Des méthodes quantitatives permettant d'identifier, de suivre et de contrôler les différents facteurs en jeu peuvent être utilisées pour évaluer les risques. Si elle est mise en œuvre correctement, la gestion des risques peut contribuer à renforcer la crédibilité sur le marché et générer de nouvelles opportunités de croissance. Cependant, si les risques sont mal gérés, les investisseurs, les prêteurs, les emprunteurs et les épargnants sont susceptibles de perdre toute confiance dans l'organisation, les fonds peuvent s'amenuiser, et l'institution peut ne plus être en mesure de réaliser ses objectifs et même faire faillite.
 
Les organisations de microfinance sont exposées à de nombreux risques qui menacent leur viabilité et leur pérennité. Si les catastrophes et les conflits échappent à tout contrôle, il est possible de s'y préparer et de réduire leur impact. Les problèmes internes (risques de crédit et de liquidité, marchés et tarification, opérations, conformité, risques juridiques, etc.) peuvent quant à eux être gérés. Sélection minutieuse, suivi et évaluation, rapports précis et solide culture du crédit s'associent pour obtenir les freins et contrepoids qu'exige une gestion des risques efficace.
 
Un calcul des risques avisé permet à une institution d'identifier les nouvelles opportunités de marché, d'améliorer continuellement les opérations existantes, et de fournir des produits et services compétitifs et efficaces à ses clients. Ceci est particulièrement important pour les institutions de microfinance dont les objectifs sont à la fois d'ordre financier et social. Le défi consiste à alimenter une culture d'entreprise récompensant la gestion des risques sans décourager la prise de risque.