Financement et investissement

Un large éventail de bailleurs de fonds publics et d'organisations privées, représentant l'ensemble du paysage de l'investissement, se sont engagés à financer un effort mondial de plusieurs milliards de dollars pour renforcer l'inclusion financière. Les incitations et les outils de financement utilisés, ainsi que les délais prévus, dépendront du type de bailleur de fonds. Les bailleurs de fonds publics fournissent toute une gamme d'instruments de financement (dons, investissements, soutien sous la forme d'assistance technique, etc.). Ils ont généralement un programme de développement, dont les principales priorités sont la lutte contre la pauvreté et l'amélioration des conditions économiques du le bien-être social. Les investisseurs privés sont motivés par le retour sur investissement, qu'il soit d'ordre financier, social ou les deux. Les investissements sont réalisés via des prêts, des prises de participation ou des garanties, et servent généralement à refinancer et à renforcer la capacité des portefeuilles de prêts, à améliorer les infrastructures du marché et à affiner l'environnement réglementaire. 
 
En réponse à l'intérêt croissant suscité par l'inclusion financière, de nombreuses holdings intermédiaires ont été créées, telles que les véhicules d'investissement en microfinance. Leurs clients peuvent être locaux aussi bien qu'internationaux, et elles sont souvent centrées sur une approche à double objectif de résultat c'est-à-dire reposant à la fois sur la performance financière et la performance sociale. 
 
L'augmentation du champ d'action, du nombre et de la sophistication des opportunités d'investissement et de financement a conduit à une trop grande concentration des fonds dans certaines régions. Pour lutter contre ce phénomène, les bailleurs de fonds s'attachent à améliorer la coordination et à mettre l'accent sur des sujets tels que la finance responsable, la protection du consommateur, la transparence et la viabilité du marché. Certains bailleurs de fonds ont commencé à diversifier leurs investissements afin de ne plus seulement intégrer des institutions de microfinance mais aussi d'autres acteurs du marché travaillant sur la banque mobile, les réseaux d'agents et d'autres initiatives liées aux infrastructures du marché.