Guinée

Le système financier guinéen comprend en 2011 la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), l’Agence Nationale de la Microfinance (ANAMIF), 13 banques commerciales, 7 sociétés d’assurance, un certain nombre de bureaux de changes et de bureaux de courtage et plusieurs institutions de microfinance (IMF) dont 13 officiellement agréées.

Le secteur de la microfinance en Guinée se caractérise par la présence d’institutions, de projets avec volet microcrédit et d’ONG évoluant sur le terrain et qui sont pour la plupart financés par des bailleurs de fonds et assistés techniquement par des ONG internationales.

Selon les données de la Banque Centrale de Guinée, fin 2011, les 13 institutions servent 290 000 clients essentiellement basés en zones rurales qui exercent des activités agricoles. Elles financent aussi des microentreprises urbaines, majoritairement gérées par des femmes, des petites entreprises du secteur privé, et des petits commerçants et artisans. Sur la même période, l’encours de crédit s’élève à 104 000 000 000 GNF pour un encours d’épargne d’environ 76 000 000 000 GNF.

La couverture globale du secteur est assez homogène mise à part la zone spéciale de Conakry qui dessert 7% de l’ensemble des clients des EMF. Pour le reste du territoire, 27% se situent en Guinée Maritime, 18% en Moyenne Guinée, 26% en Haute Guinée et 22% en Guinée Forestière.

L’Association Professionnelle des Institutions de Microfinance de Guinée (APIM- Guinée), créée en 2005, regroupe 13 IMF adhérentes.

Cadre légal, réglementaire et institutionnel
En savoir plus
Montrez moins

Les conditions d'exercice des institutions de microfinance (IMF) sont définies dans un dispositif légal règlementaire adopté par la République de Guinée :

  • La loi L/2005/020 relative à l'activité et au contrôle des IMF en République de Guinée
  • Un certain nombre d'instructions ont été élaborées pour régler le détail de l’application de cette loi

Les institutions de microfinance sont regroupées en trois catégories :

  • La première catégorie regroupe les IMF qui procèdent à la collecte de l'épargne de leurs membres qu'elles emploient pour accorder des crédits exclusivement au profit des membres ;
  • La deuxième catégorie, les IMF qui collectent l'épargne en accordant des crédits aux tiers ;
  • La troisième catégorie, les IMF qui accordent des crédits sans exercer l'activité de collecte de l'épargne.

Les IMF agréées ou autorisées dans l'une des catégories ci-dessus sont tenues de faire suivre leur dénomination, de la mention « Institution de microfinance » (IMF) suivie des références : du texte qui les régit, de leur agrément ou de leur autorisation, de la catégorie dans laquelle elles ont été agréées ou autorisées, de leur immatriculation au registre du commerce et de crédit mobilier pour les IMF de la catégorie 2.

Politique nationale de développement du secteur
En savoir plus
Montrez moins

Le processus d’élaboration et de mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI) a été lancé au mois d’août 2011.

A ce titre, des consultants ont été recrutés et plusieurs missions ont été menées, conduisant à la rédaction de différents livrables. Parmi les plus importants figure deux études. L'une sur les améliorations à apporter au cadre réglementaire de la microfinance ainsi qu’aux mécanismes de coordination et de promotion du secteur et l'autre sur l’analyse de l’offre et de la demande de services financiers en Guinée.

De ce processus, émergera la Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI), qui fixera les objectifs stratégiques pour le secteur, les modalités de mise en œuvre, les entités responsables et un calendrier d’exécution. Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds d’Équipement des Nations Unies (FENU) et l’État Guinéen assurent le financement de ce processus.

Agence Nationale de la Microfinance (ANAMIF)

L'ANAMIF a été mise en place en avril 2011 et rattachée à la Présidence de la République. Elle a pour mission de concevoir, mettre en œuvre, suivre et évaluer la politique du gouvernement en matière de microfinance. Elle est particulièrement chargée de la promotion et de la coordination du secteur de la microfinance en Guinée et assure l’élaboration ainsi que la mise en œuvre de la nouvelle stratégie de finance inclusive (SNFI).